Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 06:30

Plaque commémorative offerte par les habitants de Mons (L'original)

En mai 1940,  de très nombreux enfants  belges commencèrent à affluer en gare de Béziers comme en 14.

Ils sont répartis en  « quota » par les autorités biterroises  dans les villages de la région. Un peu plus tard, des familles entières de réfugiés se présentèrent dans notre commune où elles seront hébergées pour plusieurs mois. Plusieurs centaines  sont logés, un temps, à la distillerie située  à l’entrée du village, très  vite transformée en une sorte de camp. Une maison appartenant à Madame de Buron (ancienne  maison des œuvres) servira de « cantine » à tout le monde,  et quelques personnes dévouées s’occuperont de préparer les maigres repas avec le peu de provisions que l’on pouvait se procurer.   

 

Marinette se souvient d’un enfant amaigri,  s’approchant timidement d’une fenêtre ouverte. La maîtresse de maison lui  tendit un carré de chocolat et dans la minute qui suivit une nuée de bambins s’agglutinait devant chez elle.

 

Le père de Ludo hébergera la famille Urbain, boucher  en Belgique, ainsi que la tante et trois jeunes  filles  Alice, Andrée et Andréa. On peut le dire aujourd’hui, il y a prescription, durant leur séjour, quelques flirts s’ébauchèrent avec les garçons de chez nous.

 

Alice reviendra au village quarante ans plus tard avec son époux, qui lui, était réfugié à Maraussan, ils étaient accompagnés de la plus jeune de leurs cinq petits enfants.

 

Nous ne pouvons mettre à l’honneur toutes les familles qui se sont montrées  accueillantes et généreuses. Disons seulement que le mot « solidarité » n’a pas été un vain mot à Portiragnes  pendant cette période difficile.

Après l'accueil de nombreux  espagnols dans les années 30, Portiragnes méritait bien son titre de terre d'accueil !

Faut-il trouver là l’explication de l’intérêt que manifestent  les  belges aujourd’hui pour notre station?

Une plaque souvenir a été offerte après la guerre et scellée sur la façade de l'ancienne mairie, puis déplacée sur l’angle gauche (lorsque l’on posa les lettres « hôtel de ville », la plaque se trouvait initialement  sous le « de »).

Extrait texte du Club Portiragnes Autrefois

 

 

Les enfants de l'exode 1940 (source internet)

Les enfants de l'exode 1940 (source internet)

Si vous avez des témoignages de cet exode de Belges vers Portiragnes,

merci de partager avec nous.

photoportiragnespassion@gmail.com

Partager cet article
Repost0

commentaires